Fiction

Hasard ou Sang ?

bicycle-1822528_1920

Inquiet, je me suis levé afin de jeter un œil à la fenêtre. Une fillette de 7ans, à l’apparence très malade, au regard de sa mine pâle et de la maigreur de son corps entra dans mon champ de vision. La dame avec qui elle était venue qui sans doute devait être sa mère la portait dans ses bras, son visage anxieux abritait un regard triste et vague en plus d’une certaine incertitude mêlée à un désir de soulagement.

Depuis la fenêtre je pouvais apercevoir des malades qui entraient dans cet hôpital accompagnés de leurs proches. La maladie aurait-elle raison de certains ? Je m’efforçai de ne pas y croire car j’attendais aussi le résultat de mes analyses. Le docteur, un monsieur courtois et très ouvert m’avait laissé dans son bureau pour aller chercher lui-même mon bilan de santé. Il disait qu’en ce moment la secrétaire serait débordée de travail. Il n’a guère fait fi de son statut. J’ai aimé son attitude et durant tout notre entretien il a eu à me rassurer. Mais quand bien même j’acquiesçai à ses paroles motivantes et pleine d’enthousiasme,je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter.Était-ce grave?

Ces malaises que je ressentais connotaient ils une maladie incurable ? Je deviens fou,pensai je. Rien ne m’arrivera. Et si je me faisais de fausses idées? Milles et une idées négatives foisonnaient dans mon esprit à ce moment là.

Le poids de l’attente devenait insupportable.

Soudain La porte du bureau s’ouvrit, le sourire du docteur dissipait un moment ma peur, sur son blouson, au niveau de sa poitrine était marqué Dr Alain ALAM. J’avais entendu ce nom une fois quelque part mais où? Je ne m’en souvenais pas. La voix du docteur m’enleva à ma rêverie.

– À quoi pensez vous? Fit il en prenant place dans son fauteuil.

Je ne cillai pas et il sourit. Puis face à moi, il ouvrit l’enveloppe.

– Découvrons ensemble ce qui y est écrit me lança-t-il

Les regards fixés sur ses doigts qui déchiraient avec délicatesse le bout de l’enveloppe. Un papier blanc avec pleines d’inscriptions en sortit. Je lui ai laissé le soin de me dire ce qui y était écrit.

– Monsieur Luc LUCARRE, tout va bien chez vous. Ce n’est qu’une fatigue générale. Avec un peu de repos vous serez vite rétabli. Me rassure t-il le sourire toujours aux lèvres.

Ces paroles étaient le bout du tunnel que j’attendais de voir éclaircir mon horizon. Moi j’allais bien peut-être, mais les autres autour de moi dans cet hôpital souffrent réellement d’un mal. Ce qui refroidit de peu mon explosion de joie.
Il était temps pour moi de prendre congé du sympathique Dr Alain ALAM. J’aurai aimé le revoir un de ces quatre, mais à quelle occasion ? Je me levai de ma chaise et prit le chemin de la porte.

Tout d’un coup j’attendis le bruit d’un écroulement dans mon dos.

C’est le docteur qui gisait au sol. Il me fit signe en direction de la bouteille d’eau posée sur la table, mais la quantité n’était pas assez grande pour son besoin. D’un réflexe, je cri à tue-tête au secours, un bouton sur le mur indiquait de sonner en cas d’urgence, ce que je me mis à faire incessamment. Une évidence me cloua au sol après qu’il fut évacué et amené aux salles d’urgences : le docteur lui-même est malade.

Le docteur qui est malade, le banquier endetté jusqu’au cou, le pompiste en retard au service car il n’a pas d’essence dans sa moto, la vendeuse ambulante de sachet d’eau qui a soif et demande de l’eau à boire. Des événements qui me sont totalement incompréhensifs. Ceux qui vont suivre vont l’être encore plus.

Assis dans ce couloir, prêt du bloc opératoire, les battements de mes pieds couplés de ceux de mon cœur pouvaient réveillés un mort dans cet hôpital. Je ne sus pourquoi mais je me sentais lié à ce docteur que je venais de rencontrer,on eut dit que c’était un membre de ma famille qui était aux urgences. Je ne tenais plus sur mes jambes je me levai donc. Je faisais des va-et-vient.Et lorsque je vis un des docteurs sortit de la pièce, regards empreint de vide, je me dis: un miracle vient de se produire.

– Monsieur, la situation du Dr Alain ALAM est grave, on a besoin du sang pour l’opérer et pas n’importe quel sang.
– Prenez le mien, le litre qu’il vous faudra, lui répondis-je en lui tendant mes deux mains
– Mais vous avez ce qu’on cherche ! s’écria-t-il

Ma perplexité s’est mélangée à la joie. Il n’avait pas les yeux lasers pour analyser mon groupe sanguin d’un simple regard quand même. Sa réponse avait l’air de quelqu’un lisant dans mes pensées.
–    Ne vous étonnez pas, je l’ai su en voyant le papier dans vos mains, il est bien marqué dans cette case votre groupe sanguin.

Il parlait de mon bilan de santé, le même que le Dr Alain ALAM m’avais remis dans son bureau avant de s’écrouler au sol. Mais bonne nouvelle tout de même. Je pouvais poser un acte héroïque, je n’en ai pas beaucoup ou moins fait au cours de mon existence.

Maintenant mon sang coule dans les veines d’une autre personne que je connais à peine, mais une révélation allait me faire changer d’avis.

–     L’opération est réussie, mais vous devez savoir que vous êtes plus qu’un patient pour le Dr Alain ALAM.

-Soyez plus explicite docteur

-Les tests effectués avant la perfusion ont montrés une similarité entre vos ADN, donc vous êtes aussi son fils.

J’avais mon père devant moi durant tout ce temps sans le savoir.Il s’agit bien du Dr Alain ALAM. En effet j’avais le même nom de famille que ma mère et toutes mes tentatives de vouloir comprendre furent sans suite. Elle m’avait juste dit un jour qu’elle n’a pas voulu de mon père dans notre nouvelle vie. Maintenant, on aurait dit que je le maintenais en vie pour pouvoir le connaitre. Je suis devenu malade de la vérité. Une longue discussion m’attend avec le Dr Alain ALAM, le docteur devenu père. J’espère qu’il aura le remède pour les blessures causées par son absence. En attendant, je prie qu’il se réveille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s