Fiction

L’ivre

book-863418_1920

J’ai bu jusqu’à la lie le dernier verre des mélancolies. La magie de la nostalgie gît sous les décombres des souvenirs errants. Surgit alors cet univers qui devient tout à coup étranger aux regards illuminés d’autrefois. Ce même regard dans la direction où c’est l’action qui prime désormais. Je ne m’y retrouve pas, ces pas tremblotants aussi. Que quelqu’un me montre la sortie car je n’en peux plus de ces odeurs étouffantes.

Auden, c’est mon nom et je vis dans un jardin bercé par la mélodie des chants d’oiseau, tout est paisible. Il fait bon vivre dans cet univers qui fut construit d’une main de maître au vue de la perfection rare de cet endroit. Vous me diriez sans doute que je n’ai connu que cet univers c’est le pourquoi, mais moi je pense qu’il a dû bien observé d’autres mondes avant de construire le mien.

Oui je suis le seul à y vivre donc ma chute ce n’est pas pour bientôt. Ce qui m’intrigue c’est ce ciel ouvert qui donne de façon brute sur moi. J’aurais aimé avoir un toit mais dommage que dans cet univers les souhaits ne se réalisent pas ou presque rarement. Je ne me souviens plus de la première fois où j’ai pu franchir le palier de la porte de sortie, la dernière fois où le vent me caressais des joues sous un temps ensoleillé de doux rayons de soleils.

Couleur miel d’une lumière mièvre envahit l’entrée de mes visions, soudain je me retrouvai allongé dans les travées du présent. Un voyage dans le temps ? J’espérais que ce ne fut pas le cas, cela n’était pas si nécessaire car me retrouver dans cet espace fut déjà un voyage effectué.

En effet, ce qui m’intrigue n’est nullement un chagrin quelconque emporté sur le chemin boueux de ces silhouettes d’espérances. Ce qui m’embarrasse c’est le fait de vivre cet instant de mémoire, oui mémoire d’un bonheur partagé avec ceux qui m’entouraient. Dans ma tête, je suis plein d’images pixelisées à coup de sourire, de rencontres éblouissantes, de voyages enrichis d’autrefois effectués. Dans ma tête, c’est un livre ouvert qui a besoin d’être imprimé sur du papier. Montrez-moi comment immortaliser ces instants avant que le temps ne m’emporte et qu’aucune trace ne reste de mon existence.

Les résolutions d’autrefois ornaient le mur de la chambre, des bouts de papiers tout en couleur arc en ciel me rappelle mes dernières envolées. Aujourd’hui, rentré après ce si long voyage, ce devoir de dépoussiérage m’incombe. D’une envie virale, je me mettrai seul à cette tâche, certaines taches sont indélébiles ou difficile à nettoyer surtout celles qui sont noires sur du fond blanc.

Un tiroir n’était pas fermé à mon départ. Je m’approchais alors du bureau pour mettre tout en ordre. Ce livre était là dans le tiroir, ouvert en plein milieu.

Je ne voulus pas refermer. Ai-je pourtant le choix ? M’approchant de la fenêtre, le livre bien en main, je fis un dernier regard en direction du jardin. Là même où tout ce qui se trouve dans le livre fut écris. Le fauteuil qui s’y trouve et sur lequel je m’asseyais n’a pas bougé d’un pas, mais son état laisse croire que le temps a un peu eu raison de lui.

L’écriture est restée inchangée, certaines choses ne peuvent pas bouger. Me rendre dans l’immédiat dans ce jardin serait un trop plein d’émotions, je me rassis alors sur le lit. Le sommeil n’est pas un remède, dans son noir on ne peut noyer du chagrin. Au réveil, on constate avec amertume que les problèmes existent toujours. Peut-être un long sommeil où l’on ne se réveillera plus ? Ce livre entre mes mains pouvait en témoigner.

Toujours ouvert, je me mis à feuilleter avec beaucoup d’intérêt, parlant seul, des dialogues existants autrefois. A l’intérieur de moi, je ne trouvais plus de trace d’un quelconque Auden, le nom que je m’étais donné à l’époque où j’écrivais dans ce livre avec un encre ivre d’une joie de vivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s